Pages

jeudi 7 janvier 2010

Exercice de communication positive à l'attention des commerciaux optimistes ;o)


Bonne et heureuse année 2010 à vous toutes et tous !

Petite réflexion "remue-méninges" de début d'année pour le plaisir...

Quelle est la particularité de l'article ci-dessous?

Cet article, paru dans "Bizz by mail" du 5/01/2010 possède une particularité, laquelle?
Je pointe un paradoxe auquel je suis particulièrement sensible : la formulation des titres voire du message. Cet article prodigue d'excellents conseils, par contre, il est rédigé en de nombreux termes et expressions à connotation négative.
Bien sûr, il n'y a qu'un dingue, "passionné" dans mon genre pour le pointer et mon but ici est constructif car loin de moi l'idée de me moquer d'un travail qui est formulé de façon totalement conforme aux habitudes de communication. Mais quel serait l'effet du même article s'il était rédigé avec un maximum de formulations positives? Puisque je soulève la polémique, je vous propose l'article original et sa traduction en "plussais", terme inventé pour désigner la langue parlée dans le "Plussland, la contrée imaginaire que j'invente où les habitants s'expriment en termes essentiellement positifs.

Article original : Bizz by mail du 05/01/2010

Communiquer à bon escient : 5 erreurs à ne pas commettre

Bien informer son lecteur tout en retenant son attention ? C'est possible à condition d'oublier tout ce que l'on vous a enseigné à l'école.
1. Ne commencez pas par une introduction
Présenter le contexte, annoncer le plan, résumer le sujet: quel ennui! Oubliez la dissertation... Commencez plutôt votre mémo par l'info la plus percutante ou par un chiffre-clé pour donner envie de lire la suite.
2. Ne construisez pas de phrases compliquées
«Proposition subordonnée relative» ou «complément circonstanciel de temps» : nous avons appris les ressources de la grammaire française dans des phrases à rallonge. Dans le monde professionnel, votre objectif est d'être compris rapidement. Rédigez des phrases courtes (une phrase = une idée). Et privilégiez la structure naturelle de la phrase : sujet-verbe-complément. 3. N'utilisez pas de conjugaisons rares
Jongler avec l'imparfait du subjonctif ou le plus-que-parfait était bien noté par vos profs de français. Employez simplement le présent, pour son côté direct et vivant, ou le passé composé, qui est le temps du compte-rendu.
4. Evitez les termes littéraires
Les termes littéraires donnaient un vernis classique à vos "devoirs"...Pourchassez les mots abstraits, les mots de plus de trois syllabes et les termes techniques. Préférez les mots courts mais précis et imagés.

5. N'étalez pas votre culture

Pour tenter d'impressionner le correcteur, il fallait truffer ses devoirs de références et de citations plus ou moins bien comprises. Allégez vos textes de tout ce qui ralentit la lecture et ennuie le lecteur. Placez vos sources et vos références à la fin du document.

Ma traduction en "Plussais" vous sera proposée dans le tout prochain article (technique de fidélisation oblige) ;o))), d'ici là, je vous propose de jouer à faire l'exercice pour vous, lisez-le (il est intéressant) et traduisez-le en "Plussais", c'est excellent pour passer aux termes positifs dans votre argumentation ;o)... Bien à vous et à très bientôt. Eric

Aucun commentaire: